Le CESE s’oppose à la réduction du FSE+, le principal Fonds permettant à l’UE d’investir dans les personnes

Le CESE critique vivement la proposition de réduction de 6 % des crédits alloués au nouveau Fonds social européen Plus. Au cours de la nouvelle période de financement 2021-2027, celui-ci regroupera plusieurs fonds et programmes existants destinés à renforcer la dimension sociale de l'Union.

Le CESE s'oppose à la suppression de la part minimale obligatoire des fonds destinés au FSE+ dans le prochain budget de la politique de cohésion, actuellement fixée à 23,1 %; il désapprouve également la proposition de réduire le taux du cofinancement européen de ce Fonds.

Le CESE demande que soit réservée à ce fonds une enveloppe de 30 % des ressources allouées aux politiques de cohésion économique, sociale et territoriale, et recommande que 30 % des ressources du FSE+ soient consacrés aux mesures d’inclusion sociale.

 «La réduction de 6 % du budget du FSE+ est inacceptable étant donné le taux persistant de pauvreté dans l’UE, qui s’établit à plus de 23 %», a déclaré Krzysztof Balon, le rapporteur de l’avis du CESE sur la proposition de la Commission relative au FSE+.

S'il s'oppose à la diminution du financement, le CESE se félicite de la proposition, notamment en raison de son alignement sur le socle européen des droits sociaux et du fait qu'elle regroupe des fonds existants dans l’intention d'améliorer la lutte contre la pauvreté, l'exclusion sociale et le chômage.

Selon le CESE, le FSE+ devrait consacrer de manière ciblée une partie du budget à l'emploi des jeunes et au renforcement des capacités des organisations de la société civile. La société civile devrait être pleinement associée à la planification et à la mise en œuvre des projets FSE+. (ll)