Le troisième train de mesures sur la mobilité doit inclure tous les modes de transport

La nouvelle proposition de la Commission doit aller plus loin, et prendre en considération tous les types de transport existants. Elle doit porter une attention particulière à l’intermodalité dans le transport de marchandises et de passagers. Dans l’avis élaboré par Giulia Barbucci et adopté lors de sa session plénière d’octobre, le CESE soutient le troisième train de mesures sur la mobilité présenté par la Commission mais plaide en faveur d’un projet plus ambitieux.

Le CESE soutient la proposition de la Commission et estime qu’elle constitue un pas supplémentaire dans l’avènement du transport durable en Europe. Mme Barbucci a toutefois déclaré: «Nous encourageons la Commission à se projeter au-delà du transport routier. Si l’on veut développer efficacement des transports durables et sûrs, tous les moyens de transport existants doivent être pris en considération. La vision doit être plus ambitieuse et englober l’intermodalité entre les transports publics et privés en la considérant comme un moyen permettant d’atteindre les objectifs d’efficacité, de qualité de vie et de sécurité.»

Le Comité incite également la Commission à mobiliser suffisamment de fonds pour le programme, il approuve les plans d’action stratégiques sur la sécurité routière et sur les batteries, et rappelle à la Commission les problèmes éventuels liés à l’automatisation intégrale des véhicules et à la transition vers les véhicules électriques.

En mai 2018, la Commission européenne a publié son troisième train de mesures intitulé «L’Europe en mouvement». Il s’agit de sa contribution la plus récente à la modernisation des transports en Europe. Ce train de mesures porte sur le secteur du transport routier, en particulier les automobiles, sur les trois éléments essentiels que sont la sécurité, la connectivité et l’automatisation, ainsi que sur les transports propres. (mp)