Le développement durable doit être une priorité absolue pour l’avenir de l’Europe

Le développement durable doit être au cœur de l’avenir de l’Europe. Dans la résolution rédigée par Patricia Círez Miqueleiz, Rudy De Leeuw et Lutz Ribbe et adoptée lors de la session plénière d’octobre, le CESE recommande à la Commission européenne d’axer son futur plan de travail pour 2020 et au-delà sur ce pilier. Le Comité plaide en faveur d’une stratégie globale de l’UE à l’horizon 2050 en faveur de la durabilité afin de mettre en œuvre le programme de développement durable des Nations unies à l’horizon 2030 et ses dix-sept objectifs de développement durable (ODD), que l’Union européenne s’est engagée à réaliser d’ici 2030.

«Nous sommes heureux de pouvoir apporter une contribution solide et équilibrée aux priorités politiques de l’UE pour les cinq prochaines années. Nous soutenons le pacte vert pour l’Europe porté par la présidente élue de la Commission, Ursula von der Leyen, en tant que moteur essentiel du changement. Nous devons agir simultanément à tous les niveaux et créer une dynamique d’action en vue de relever les défis économiques, sociaux et environnementaux urgents auxquels nous sommes confrontés», a indiqué Luca Jahier, président du CESE.

Le CESE souligne que l’ampleur et la vitesse du changement exigent d’agir sans tarder dans quatre domaines: le changement climatique, la numérisation, l’état de droit et la mondialisation. Il affirme également qu’il est crucial que l’UE se dote d’une nouvelle structure de gouvernance, ainsi que de règles et d’instruments nouveaux pour définir et mettre en œuvre ses politiques. En particulier, il convient de renforcer le rôle du Parlement européen afin de promouvoir une plus grande responsabilité démocratique. Le CESE est prêt à contribuer activement à la conférence sur l’avenir de l’Europe proposée par Mme von der Leyen pour 2020.