Le CESE appelle à prendre des initiatives pour tirer parti des énormes perspectives de croissance qu’offre la bioéconomie bleue

Le potentiel de la bioéconomie bleue reste largement inexploité dans l’Union européenne. Le CESE recommande par conséquent la mise sur pied de projets pilotes paneuropéens associant les acteurs locaux et la communauté scientifique.

À la demande de la présidence finlandaise, le CESE a élaboré un avis exploratoire sur la bioéconomie bleue, portant sur les activités économiques basées sur l’utilisation durable des ressources aquatiques renouvelables et l’expertise correspondante. Le CESE a adopté cet avis lors de sa session plénière en octobre.

Comme le rapporteur Simo Tiainen l’a expliqué, «la restauration de la biodiversité des mers, des lacs et des rivières ouvrira de nouvelles perspectives commerciales pour les entreprises. Cette démarche requiert des innovations technologiques et un soutien financier approprié au moyen d’instruments adéquats.»

La bioéconomie bleue devrait devenir un élément central du programme de coopération de l’Union européenne avec les Nations unies et constituer un outil pour réaliser les objectifs de l’accord de Paris en matière de changement climatique. «Il sera nécessaire de déployer des efforts importants pour restaurer la biodiversité dans les eaux marines et intérieures, ainsi que pour tirer parti de leur capacité à capturer le CO2. De cette manière, nous créerons également des emplois de qualité dans les zones rurales, côtières et insulaires», a conclu le corapporteur Henri Malosse. (mr)