Le CESE appelle de ses vœux une approche plus intégrée des transports

Le transport joue un rôle de levier essentiel dans la réalisation du développement durable. Il contribue à l’économie, au commerce et à l’emploi, mais il pose également certains problèmes en matière d’environnement, de trafic et de sécurité. Dans un rapport élaboré par Tellervo Kylä-Harakka-Ruonala, le CESE passe en revue les objectifs de développement durable des Nations unies (ODD) et, tout en proposant une approche transversale réunissant les aspects économiques, sociaux et environnementaux, il exhorte la Commission à préparer un nouveau cadre intégré au service de la future politique de l’UE en matière de transports.

«Le transport fait partie des politiques fondamentales de l’Union européenne, mais, malheureusement, le processus de décision politique reste cloisonné. Les approches comme les initiatives sont dès lors relativement fragmentées. Par exemple, les questions relatives au marché sont une composante de la politique des transports alors que la lutte contre le changement climatique et les questions énergétiques relèvent de l’union de l’énergie», indique Mme Kylä-Harakka-Ruonala.

Les possibilités et les défis qu’engendrent la numérisation et la robotisation doivent également être gérés de manière appropriée. «Les transports doivent être accessibles, abordables, fluides et efficaces, mais aussi sûrs et sécurisés, afin de permettre la circulation des personnes et des biens. Cet impératif requiert, en cohérence avec les ODD, des investissements substantiels dans des infrastructures appropriées, l’innovation et des systèmes efficients de transport, y compris publics», conclut Mme Kylä-Harakka-Ruonala.

L’avis souligne également qu’il est important d’associer la société civile à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique en la matière. Le secteur public doit jouer un rôle central, mais il convient également de faciliter les initiatives qui émanent du terrain et les partenariats. (mp)