«Pour la défense de la diversité»

par le groupe «Diversité Europe» du CESE

Je me suis rendu à plusieurs reprises à Auschwitz-Birkenau, et à chaque fois, j’ai été bouleversé par l’horreur et l’inhumanité que les êtres humains sont capables d’infliger à leurs semblables. Mais j’ai été aussi assailli par d’autres sentiments, différents à chaque visite. Ce que l’on pouvait peut-être attendre, ou même espérer, de cette visite des camps de concentration par la présidence élargie du CESE, le 12 juin dernier, c’est qu’elle incite à réfléchir non seulement sur le passé, mais aussi et surtout sur le présent et l’avenir.

De nos jours, un contexte populiste et nationaliste se dessine en Europe. Il suffit de penser aux récentes élections qui ont eu lieu en Hongrie, en Italie, en Autriche, en Allemagne et en Slovénie. Le vote populiste au sein des États membres de l’UE est passé de 8,5 % en moyenne en l’an 2000 à plus de 24 % (son niveau le plus élevé) aujourd’hui. Il ne fait aucun doute que pour contrer cette vague croissante, il est primordial de mettre en avant l’Union et ses valeurs. Cependant, l’Union européenne, en tant qu’institution, ne peut fournir toutes les réponses. Nous avons également besoin que les citoyens européens et la société civile organisée intensifient leur action, pour aller à la rencontre de ceux qui sont attirés par l’extrémisme et entamer avec eux un dialogue, et pour contribuer à rééquilibrer nos sociétés et nos systèmes politiques.

Au sein du groupe «Diversité Europe», nous prenons cette tâche très au sérieux. Il en est de notre responsabilité, et grâce à l’expertise et à la créativité de notre groupe, nous continuerons à agir en faveur d’une Europe durable et pacifique, qui allie progrès socio-économique, réduction de la pauvreté et respect de l’environnement. Ce sont nos agriculteurs, nos défenseurs de l’environnement, nos PME, nos professionnels libéraux, nos consommateurs, nos associations pour les personnes handicapées et les personnes âgées, et bien d’autres encore, qui «parlent» avec les citoyens européens et s’expriment en leur nom. Ils remplissent cette tâche dans leur travail quotidien au Comité, mais aussi en participant activement à l’élaboration de la feuille de route du CESE, «De Cracovie à Sibiu et au-delà», dont l’objectif est de définir la vision de la société civile pour l’Europe de demain. Sans oublier la conférence de notre groupe au mois d’octobre, en Autriche, sur le thème «Le progrès économique et la stabilité sociale peuvent-ils être un remède à l’euroscepticisme?». L’Europe prône avant toute chose le respect mutuel et la défense de la diversité, laquelle commence au sein de notre propre groupe, le groupe «Diversité Europe».

Arno Metzler

Président du groupe «Diversité Europe» (groupe III)