Des eurodéputés espagnols soutiennent les propositions du CESE pour le services financiers aux consommateurs

Il est nécessaire d’instaurer la confiance des citoyens vis-à-vis des services financiers transfrontières en Europe, en vue d’accroître leur part de marché qui ne représente actuellement que 7 % du total: tel était le message mis en avant lors d’une conférence organisée le 24 mai par M. Carlos Trias Pintó, membre du CESE, à la représentation de la Commission européenne à Madrid. M. Othman Karas, député au Parlement européen, a annoncé que son institution relaiera certaines des principales propositions du CESE dans sa propre réponse au plan d’action relatif aux services financiers pour les consommateurs, proposé par la Commission.

La conférence, intitulée Les défis de la nouvelle ère numérique: qualité de l’offre, accessibilité, concurrence loyale et protection du consommateur, avait pour objectif de promouvoir l’avis du CESE sur les services financiers pour les consommateurs, adopté en septembre 2017.

M. Bernardo Hernández Bataller, membre du CESE, a animé la manifestation au cours de laquelle M. Michael Ikrath, rapporteur de l’avis, et M. Carlos Trias Pintó, corapporteur, ont tous deux pris la parole. MM. Othman Karas et Jonas Fernández Álvarez, députés au Parlement européen et membres de la commission des affaires économiques et monétaires (ECON), Manuel Pardos, président de l’Asociación de Usuarios de Bancos, Cajas de Ahorro y Seguros (ADICAE) (association des usagers des banques, des caisses d’épargne et des compagnies d’assurance), Fernando Tejada de la Fuente, de la Banque d’Espagne, et Jose Luis Martínez Campuzano, porte-parole de l’Association espagnole des banques (AEB), faisaient également partie des intervenants.

Les consommateurs devraient être en mesure de choisir les produits financiers les meilleurs et les plus innovants par-delà les frontières, a déclaré M. Ikrath, soulignant que le marché européen des services financiers était toujours fragmenté et loin d’être harmonisé. Les banques de détail traditionnelles, en particulier les banques régionales et locales, représentent un intermédiaire de premier plan pour gagner la confiance des consommateurs, a-t-il ajouté, puisqu’elles jouissent traditionnellement d’un niveau élevé de confiance auprès des consommateurs européens, dont la tendance à changer de fournisseur est assez limitée.

Il convient d’harmoniser les critères de solvabilité afin de remédier au problème du recours aux crédits transfrontières («loan shopping»), phénomène par lequel les emprunteurs qui ne disposent pas d’un accès au crédit à la consommation dans leur pays ont recours aux services transfrontières et sont ainsi confrontés à un risque de surendettement. Il est nécessaire de minimiser l’insolvabilité des consommateurs par une réglementation, a affirmé M. Trias Pintó, insistant également sur les risques d’affaiblissement de la sécurité, de la protection des données et de la confiance des consommateurs, engendrés par les monnaies numériques alternatives comme le bitcoin, les cybermonnaies et la technologie des chaînes de blocs.

M. Karas a exprimé son soutien en faveur de l’avis du CESE et annoncé que certaines de ses propositions seraient relayées dans l’avis du Parlement européen, notamment:

  • il est nécessaire de s’assurer que les régimes fiscaux pour les produits et les services ne sont plus un obstacle à une concurrence loyale;
  • la Commission devrait définir, parallèlement aux produits de consommation, d’autres «produits phares» simples, pourvus des mêmes caractéristiques et par conséquent comparables et transparents;
  • des outils de comparaison indépendants et certifiés doivent être disponibles pour différents produits financiers;
  • les géants de l’informatique tels que Google, Apple et autres devraient également appliquer les règles de protection des consommateurs. (dm)