Le CESE exhorte les dirigeants de l’Union européenne à renforcer le rôle international de l’euro

Dans un avis récemment adopté, le CESE a appelé les responsables de l’UE à redoubler d’efforts pour accroître le rôle international de l’euro. Un euro fort, souligne le Comité, contribuera à la prospérité des citoyens de l’Union et de ses entreprises, confortera les valeurs qu’ils partagent et assurera la promotion de leurs intérêts communs.

Il estime par ailleurs qu’en adoptant des mesures supplémentaires pour améliorer la croissance et la résilience économique, ainsi que les capacités d’adaptation des économies de la zone euro, l’Union pourrait, à terme, conférer à l’euro une position plus avantageuse au niveau international. L’avis du CESE émet une série de recommandations qui vont plus loin que les propositions de la Commission européenne.

Une cohésion sociale renforcée, la convergence économique, la compétitivité et l’innovation devraient constituer les bases d’. Il y a lieu de réduire les divergences, que ce soit au sein des États membres ou entre eux, car elles brident les performances économiques de l’UE.

Le CESE plaide aussi pour qu’elle adopte une approche plus unifiée de la diplomatie internationale et une attitude qui soit davantage empreinte de volontarisme, quand il s’agit de promouvoir nos intérêts communs, cette démarche étant susceptible de lui ouvrir des perspectives commerciales en plus grand nombre.

L’achèvement de l’Union économique et monétaire et de l’union bancaire fait également partie des priorités évidentes pour le CESE. Dans ce dossier, il recommande d’étudier les pistes envisageables afin de créer des actifs en euros plus liquides et plus sûrs, lesquels pourraient remédier à la compartimentation actuelle du marché des obligations souveraines de la zone euro, qui nuit à la confiance des marchés dans la monnaie unique.

Pour en apprendre davantage sur les recommandations formulées par le CESE afin d’encourager l’utilisation internationale de l’euro et sur les nombreux avantages qui en découleraient pour les citoyens et les entreprises de l’UE. (jk)