Épisode 7: Faire redécoller le secteur européen du transport aérien

Pris sous les feux croisés de la pandémie de COVID-19 et de la crise climatique, le secteur européen du transport aérien se relèvera-t-il après des mois cloué au sol? Thomas Kropp, conseiller principal auprès de Lufthansa et rapporteur du CESE sur la levée des règles relatives aux créneaux horaires dans les aéroports durant la pandémie de COVID-19, Saim Saeed, journaliste spécialiste de la mobilité chez Politico Europe, et Agathe Bounfour, responsable des politiques de transports au sein du Réseau Action Climat France, nous font part de leurs points de vue.

Dessine-moi…

Notre rubrique «Dessine-moi…» prend ses couleurs. De nouveaux témoignages des membres nous sont parvenus chargés de sincérité, d’une envie de dialogue et de la nécessité de partager.

Nous remercions Martina Širhalová, Lucie Studničná, Judith Vorbach, Lidija Pavić-Rogošić, Maurizio Reale, Arnold Puech D’Alissac, José María Zufiaur Narvaiza, Carlos Trias Pintó et Yves Somville de nous avoir confié leurs émotions quant à cette période inattendue qu’il a fallu réinventer pour vivre pleinement.

Nous vous invitons à lire et à savourer les morceaux de vie et les histoires provenant de nos auteurs. Malgré les différences linguistiques, culturelles et géographiques, une chose est commune à ces témoignages, ils sont liés par la même envie de découvrir et de définir ce qui compte vraiment dans la vie.

Tous ces articles sont disponibles en cliquant sur le lien suivant: https://www.eesc.europa.eu/fr/news-media/eesc-info/072020#a80402

Langues disponibles:

Éditorial

Un Brexit sans accord serait un cauchemar économique

Chères lectrices, chers lecteurs,

Quatre séries de pourparlers sur le Brexit ont été menées malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19. Pourtant, nous avons peu avancé sur le sujet.

Le Royaume-Uni ayant annoncé officiellement qu’il ne demanderait pas d’extension de la période de transition d’après-Brexit au-delà de la fin de l’année, la réunion à haut niveau du 15 juin entre le Premier ministre Boris Johnson et les trois présidents de l’Union européenne a permis aux deux parties de se mettre d’accord sur l’urgence de mettre fin à l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations concernant les relations futures et de créer les conditions les plus susceptibles d’aboutir à un accord ratifié d’ici la fin de l’année 2020.

À vos agendas

1er juillet 2020

Parlons des jeunes, de l’emploi et de la COVID-19! - webinaire

15 et 16 juillet 2020, Bruxelles

Session plénière du CESE

Dessine - moi...

Maurizio Reale: «Merci aux agriculteurs»

Durant la période de confinement, je suis passé par différents états d’esprit. J’ai tout d’abord été profondément inquiet face aux ravages causés par la pandémie dans mon pays puis, quelques semaines plus tard, dans le reste de l’Union européenne. Ensuite, je me suis mis à réfléchir à la meilleure manière de faire face à cette tragédie, que jamais je n’aurais imaginé devoir vivre au cours de mon existence.

Lucie Studničná: cette explosion de solidarité m’émeut aux larmes

Mon expérience au cours de ces dernières semaines, tout comme celle de la plupart des gens, a été unique et très enrichissante.

Le 11 mars dernier, je suis rentrée de Bruxelles tard le soir, très fatiguée. Nous savions alors que nous n’allions pas pouvoir voyager les jours suivants à cause des dangers encore inconnus que représentait la COVID-19, et je me réjouissais de cette occasion inattendue qui s’offrait à moi de passer quelques jours de tranquillité à mon bureau. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu.

Carlos Trias Pinto: cette crise est un avertissement très sérieux qui doit nous faire repenser nos modes de vie

Au début, j’ai été soucieux de réunir ma famille. Mon fils aîné étudiait aux États-Unis. Le regroupement familial a été très stimulant. Le confinement initial a permis de réinstaurer les veillées familiales, ponctuées de films, de jeux, etc., quoique dans un climat d’inquiétude: Madrid était alors l’une des villes européennes les plus touchées, le système de santé était submergé et l’absence d’équipements sanitaires contraignait mes amis médecins à laver leurs masques pour les réutiliser, car il n’y avait pas de masques de rechange. Le virus s’est rapidement propagé parmi eux et dans leurs familles. Malgré cela, le sentiment d’appartenance à la communauté prévalait, et chaque jour à 20 heures, les balcons de Madrid résonnaient d'applaudissements.

Martina Širhalová: notre objectif commun devrait être de préserver le plus d’emplois possible

Au cours de ces dernières semaines, j’en ai vécu plus que je n’aurais souhaité. Mes sentiments restent très mitigés et dans mon esprit se succèdent d’innombrables points de vue sur la COVID-19, ce qui est sans doute toute à fait normal dans la situation où nous nous trouvons.

Judith Vorbach: la domination du monde virtuel lors de la crise du coronavirus

Le jour où la vie publique a commencé à être anesthésiée est resté jusqu’à aujourd’hui profondément gravé dans ma mémoire: c’était le vendredi 13 mars. À Linz, l’atmosphère dans les rues était chargée d’une tension inhabituelle. «Quelque chose» était en suspens dans l’air et en effet, peu après, est survenu le confinement.

Lidija Pavić-Rogošić: quand un tremblement de terre frappe au milieu d’une pandémie

Trois mois se sont écoulés depuis que le confinement a été imposé. Les villes commencent maintenant à rouvrir. Le moment est donc propice pour réfléchir à ce qui s’est passé, car la propagation rapide du virus a affecté tous les aspects de notre vie personnelle et sociale.

Arnold Puech d’Alissac: «Nous avons perdu tous les clients restaurateurs, mais les ventes à la ferme ont doublé»

Les journalistes ont révélé aux français que, le confinement se développant dans l’Union Européenne, la France devait s’y préparer.

José María Zufiaur : vivre avec le confinement

J’ai vécu ces derniers mois avec la préoccupation que l’action menée par l'Union européenne en réponse à la crise actuelle soit cohérente avec son projet initial et sa structure actuelle, laquelle est le fruit d’une série de valeurs, d’un marché unique et d’une zone monétaire qui regroupe la plupart de ses États membres.

Yves Somville: les enseignements de la crise

Habitant la campagne et passionné de jardinage, je dois avouer que je n’ai pas trop souffert du confinement, mis à part le fait de ne plus pouvoir fréquenter mes proches, famille et amis.

Evangelia Kekeleki: veillons à ce que les États membres aient tous accès sur un pied d’égalité aux vaccins, traitements et tests de dépistage!

Rester confinée à la maison ne m’a guère posé de difficulté. Depuis des années, j’avais laissé tellement de choses en suspens: je tenais maintenant l’occasion de m’en occuper et j’ai été bien contente d’avoir pu les remettre en ordre. J’ai classé les photos et souvenirs de famille que j’avais ramenés, pêle-mêle, des maisons de nos parents décédés.

Ces rangements ont éveillé en moi d’intenses émotions. Je me suis également livrée à des occupations qui m’avaient manqué, artisanat, pâtisserie ou cuisine, ou encore confection de liqueurs, marmelades et confitures traditionnelles grecques, bref autant d’activités auxquelles je suis incapable de m’adonner quand je suis soumise aux rythmes effrénés du quotidien.

Nouvelles publications

Démocratie participative – Le récit d’un succès écrit par le CESE

Une récente publication du CESE rassemble tous les avis et rapports qui ont permis, au cours des trente dernières années, au Comité et à la société civile organisée de renforcer la démocratie participative et de s’imposer comme des acteurs clés du processus décisionnel européen.

Nouvelles du CESE

Michel Barnier: «Nous ne pouvons pas laisser le Royaume-Uni tenter de choisir à la carte certains des avantages offerts par notre marché unique»

Lors de sa session plénière de juin, le CESE a organisé un débat avec Michel Barnier, chef de la task-force de l’UE pour les relations avec le Royaume-Uni, sur l’état d’avancement des négociations sur le Brexit.

Propositions du CESE pour la relance et la restructuration après la COVID-19: vers un nouveau modèle de société

Lors de sa session plénière de juin, le CESE a adopté une résolution contenant des propositions de relance et de restructuration après la COVID-19. Il y suggère de profiter de cette crise pour bâtir un nouveau modèle de société: «Nous ne pouvons nous contenter de rétablir la situation antérieure; nous devons la restructurer et l’améliorer».

Unis pour l’avenir de l’Europe: l’heure est venue d’agir

La solidarité et la coopération au sein de l’Union européenne sont essentielles pour relancer l’économie après la pandémie de COVID-19. S’exprimant lors de la session plénière du mois de juin, Luca Jahier, président du CESE, et Elisa Ferreira, commissaire européenne à la cohésion et aux réformes, ont convenu que la politique de cohésion joue un rôle décisif dans le plan européen de relance annoncé par la Commission et dans la proposition révisée pour un cadre financier pluriannuel plus ambitieux. Il importe à présent, selon eux, d’en accélérer l’adoption et la mise en œuvre.

«I can’t breathe». Hommage du CESE à George Floyd

Le 10 juin, juste avant la session plénière, plusieurs membres du CESE et du personnel se sont agenouillés pour rendre hommage à George Floyd, un citoyen américain tué par un policier de Minneapolis. Avant d’observer 8 minutes 46 secondes de silence, le président Luca Jahier a honoré la mémoire de George Floyd et de tous ceux qui ont subi la même violence au fil des années.

Le cri # Icantbreathe nous enseigne à tous qu’il faut demander justice et dénoncer le racisme

Déclaration conjointe du président du Comité économique et social européen et du président du groupe sur les droits fondamentaux et l’état de droit (DFED) du CESE

Le 25 mai, Geroge Floyd, un citoyen américain âgé de 46 ans est mort asphyxié lors de son arrestation par un officier de la police de Minneapolis. Les images choquantes de cette arrestation brutale d’un citoyen afro-américain ont fait le tour du monde, et une vague croissante de protestations, aux États-Unis et dans le reste du monde, est venue frapper les consciences.

Le plan d’investissement doit répondre aux ambitions du pacte vert

Toutes les institutions de l’Union européenne et les États membres devraient déployer une réponse solidaire rapide et harmonisée à la pandémie de coronavirus, en adoptant des mesures supplémentaires pour promouvoir des investissements durables en vue de financer le pacte vert pour l’Europe, a conseillé le CESE dans un récent «paquet» d’avis.

Réaction à la crise de la COVID-19 – le CESE soutient la proposition de la Commission visant à ajuster les règles prudentielles européennes dans le secteur bancaire

Les règles prudentielles bancaires de l’UE doivent être temporairement modifiées afin que des ressources puissent être libérées et utilisées aussi efficacement que possible pour faire face aux répercussions économiques de la pandémie de coronavirus, fait valoir le CESE dans un avis récent.

Plan de relance «Next Generation EU» – Un exemple de solidarité en pleine période d’incertitude

Le 2 juin dernier, soit quelques jours après que la Commission européenne a présenté sa proposition de vaste plan de relance pour faire face aux conséquences de la pandémie de COVID-19, le CESE a organisé un débat en ligne visant à déterminer si la solution est la hauteur du défi. Tous les participants ont reconnu l’importance de cette initiative ambitieuse, qui témoigne, en ces temps d’incertitude, de la solidarité entre tous les États membres de l’Union.

La COVID-19 pourrait-elle changer la donne en matière de migration?

Le 20 mai, le président du Comité économique et social européen, Luca Jahier, a animé un webinaire sur le thème: «Les migrations au temps de la COVID-19: la tragédie perdure, dans l’attente du nouveau pacte de l’UE».

L’heure est venue d’accélérer la transition vers une économie à faibles émissions de carbone

Le CESE accueille favorablement les conclusions du Conseil européen du 23 avril et soutient la résolution du Parlement européen qui propose de placer le pacte vert pour l’Europe au centre du futur train de mesures de relance et de reconstruction de l’Union européenne.

Nouvelles des groupes

Les entreprises joueront un rôle essentiel dans la lutte contre la crise du coronavirus

De Tellervo Kylä-Harakka-Ruonala, membre du groupe des employeurs

La crise du coronavirus a radicalement modifié l’environnement opérationnel des entreprises. Ces dernières font face à des problèmes de liquidité, les chaînes d’approvisionnement sont perturbées et la libre circulation des personnes, des biens et des services se heurte à des obstacles. Cependant, lorsque le pire moment de la crise aura été surmonté, il appartiendra aux entreprises de stimuler la relance de l’économie européenne. La lutte contre la crise du coronavirus impliquera donc un effort commun de la part des secteurs public et privé, le type d’effort qui exige une coopération étroite.

Résolution du CESE pour la relance après la COVID-19: le point de vue du groupe des travailleurs

Par le groupe des travailleurs

La résolution du CESE affirme clairement que la reconstruction de notre société doit être fondée sur la solidarité: la solidarité avec les prestataires de soins, la solidarité avec tous les travailleurs qui ont consenti à de lourds sacrifices pour soutenir la société dans cette période difficile, avec ceux qui ont perdu leur travail, mais aussi avec les employeurs qui luttent pour sauver les entreprises et les emplois; la solidarité avec les pans des secteurs public et privé qui ont besoin d’une aide immédiate et, avant tout, la solidarité entre les pays de l’UE, qui ont un objectif économique et social commun.

Après la crise de la COVID-19: la relance par la reconstruction

Par Jan Dirx, membre du groupe «Diversité Europe»

Le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’UE, par la voix de son président, Charles Michel, font partie de ceux qui plaident pour une relance et une reconstruction vertes de l’UE après la crise de la COVID-19. Les lobbyistes de l’ancien monde économique affirment quant à eux que ce n’est pas le moment d’innover, mais plutôt d’investir pour restaurer l’ancien système.