Il est urgent de prévoir une réglementation transitoire afin d’offrir des certitudes au monde agricole

Le CESE accueille favorablement la proposition de règlement transitoire visant à soutenir les agriculteurs européens, présentée par la Commission, qui garantira une transition harmonieuse entre l’actuelle et la prochaine période de programmation de la politique agricole commune (PAC).

Cependant, l’actuelle période de programmation budgétaire de la PAC se termine le 31 décembre 2020, et ne prévoit pas le montant du soutien de l’Union ni des plafonds nationaux pour les années qui suivent. Par conséquent, des mesures urgentes doivent être prises pour garantir la sécurité et la continuité de l’octroi des aides aux agriculteurs européens.

Le seul moyen d’offrir cette certitude en des temps aussi incertains est de prolonger le cadre juridique actuel au moins pour les années 2021 et 2022, ce qui implique le recours aux anciennes règles, mais avec de nouvelles ressources.

Comme l’a fait remarqué Arnold Puech d’Alissac, rapporteur de l’avis du CESE sur le sujet: «Une année sans les aides directes du premier pilier aurait donné des déficits chez tous les agriculteurs; et une année sans les aides du deuxième pilier aurait stoppé les engagements à hauts objectifs environnementaux ou climatiques et aurait reporté les investissements de modernisation.»

Le CESE invite donc instamment les colégislateurs à adopter ce règlement le plus rapidement possible. L’agriculture européenne et la sécurité alimentaire de l’UE sont deux ressources d’une importance majeure que la pandémie de COVID-19 a ramenée au premier plan. (mr)