Luca Jahier, président du CESE, lance un appel en faveur d’une «Union de la santé»

Une «Union de la santé» à part entière doit devenir une grande priorité de demain. Lors du tout premier webinaire du CESE organisé le 24 avril 2020, Luca Jahier, président du Comité, a déclaré que l’heure était venue de franchir une nouvelle étape dans la construction européenne.

L’Union européenne doit apporter une réponse commune, dans le secteur de la santé, à la crise actuelle due au coronavirus, en s’appuyant sur les mesures prises ces dernières semaines et en proposant une vision claire pour aller plus loin. «Nous devons protéger la population face à la pandémie, mais aussi travailler ensemble pour en éviter de nouvelles», a déclaré M. Jahier. «La situation actuelle met au jour le besoin, la demande et l’opportunité de constituer l’Union plus forte que les citoyens européens appellent de leurs vœux».

Pour évoquer les difficultés auxquelles ’Union européenne est confrontée en raison de l’urgence créée par la COVID-19, le président Jahier était accompagné de Margarida Marques, députée au Parlement européen et vice-présidente de sa commission des budgets, et de Enrico Letta, ancien président du Conseil de l’Italie et président de l’Institut Jacques Delors.

Au sujet du Fonds de l’UE pour la relance convenu le 23 avril 2020 par le Conseil européen, lequel a approuvé l’ensemble de filets de sécurité — à hauteur de 540 milliards d’EUR — que l’Eurogroupe avait adopté la semaine précédente, M. Jahier a annoncé avec satisfaction que les tensions entre les États membres s’étaient dissipées. Dans le même ordre d’idées, Mme Marques a souligné que le Conseil avait adressé aux européens un signal fort et positif: «Aucun État membre ne sera en mesure de respecter les règles budgétaires de l’UE. Il s’agit d’une crise symétrique, dont les conséquences seront également symétriques, et la relance doit s’opérer au niveau européen, pas seulement au niveau national. Nous devons agir de manière concrète et faire preuve de solidarité.»

Pour l’avenir, M. Letta a encouragé la Commission à se montrer audacieuse: «L’heure est maintenant venue pour la Commission de faire preuve de maturité et, en s’inspirant de Jacques Delors, d’agir avec beaucoup d’anticipation en soumettant aux citoyens des propositions ambitieuses, même si toutes n’ont pas encore été avalisées par les États membres. Les citoyens ont un rôle clé à jouer dans la réponse qui doit être apportée, et s’ils expriment leur soutien, l’accord des États membres suivra.» (mp)