Les leçons tirées de l’austérité ne laissent pas d’autre choix que de changer de politique

Lessons learned

Il convient de trouver un meilleur équilibre entre les objectifs budgétaires et sociaux dans la gestion des crises futures, afin d’éviter qu’elle ne produise des effets néfastes sur la capacité économique, les marchés du travail et les systèmes de protection sociale des pays concernés. Dans son avis d’initiative intitulé «Tirer les leçons du passé: éviter la rigueur des politiques d’austérité», le CESE exhorte les institutions de l’Union européenne à mettre en œuvre des politiques ayant pour objectifs la coopération économique, la croissance et la solidarité, plutôt que de défendre une austérité restrictive.

«Les institutions de l’Union européenne devraient être seules responsables de la conception et de la mise en œuvre des programmes d’ajustement, et ce, même si l’on établit des partenariats avec des institutions extérieures», a déclaré le rapporteur de l’avis, M. José Leirião (Activités diverses, Portugal). «Ce point est d’une importance cruciale car ces institutions doivent agir dans le respect de nos valeurs communes et de nos objectifs partagés, et se garder de reproduire les incohérences et les défaillances passées.»

À la lumière de l’expérience tirée de la crise la plus récente, les institutions de l’UE devraient veiller à ce que les partenaires sociaux et les représentants de la société civile soient associés, sur un pied d’égalité avec les autres organismes concernés, à la mise en place, au suivi périodique et à l’évaluation de ces programmes.

Le Comité félicite la Commission pour son ambition de réformer l’euro en rompant avec les politiques d’austérité et en approfondissant l’Union économique et monétaire (UEM), car il considère qu’une UEM réformée et parachevée augmentera la capacité de l’Union européenne à résister aux chocs asymétriques et aidera à éviter de futures crises.

Néanmoins, le CESE invite instamment la Commission à concevoir des programmes complémentaires de reprise économique et sociale à l’intention des pays qui ont fait ou font l’objet de mesures d’austérité et estime que la Commission devrait proposer des mesures visant à lutter contre l’augmentation de la pauvreté au niveau de l’UE, ainsi qu’à préserver la protection sociale. (jk)