Un avenir vert: l’Europe doit montrer la voie et l’exemple

La lutte contre le changement climatique figurait en tête des priorités de la session plénière de janvier du CESE, qui a inscrit à son ordre du jour un débat sur la COP 25 et le pacte vert pour l’Europe, et a envoyé un message clair: il faut, d’urgence, prendre des mesures pour que la protection du climat et le développement durable deviennent une réalité, et l’Union européenne doit jouer en la matière un rôle de premier plan.

Luca Jahier, président du CESE, a eu des mots très clairs: «Nous sommes arrivés à un moment critique. Malheureusement, le monde n’est pas bien parti pour atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris sur le changement climatique, pas plus que les ODD, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour chacun d’entre nous. Au CESE, nous sommes convaincus que la mise en œuvre du programme à l’horizon 2030 doit être la priorité absolue de l’Union européenne pour les dix années à venir. L’Europe doit être à l’avant-garde, s’imposer comme la pionnière mondiale en matière de climat!»

M. Jahier a déploré le manque de volonté, parmi les pays présents à la COP 25 de Madrid, pour intensifier l’action en faveur du climat, ce qui explique que ce sommet international ait produit des résultats si médiocres. Il a toutefois félicité Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission, pour sa communication sur le pacte vert pour l’Europe, ainsi que pour la fermeté de son engagement en faveur de la neutralité climatique à l’horizon 2050.

À cet égard, Virginijus Sinkevičius, commissaire chargé de l’environnement, des océans et de la pêche, a souligné que le pacte vert n’était pas seulement un moyen de lutter contre le problème du changement climatique, mais qu’il était aussi porteur d’une ambition de croissance économique et justice sociale. «Ce sont les gens et la société qui sont au cœur de notre action: le pacte vert ne doit laisser personne au bord du chemin» a-t-il déclaré, en soulignant que la stratégie en faveur de la biodiversité, le plan d’action pour l’économie circulaire et les autres démarches systématiques visant à atteindre les objectifs de lutte contre le changement climatique seront bénéfiques pour la planète comme pour chacun d’entre nous, et qu’ils s’adressent à tous les secteurs et à tous les acteurs. (mp)