Brexit: le CESE rend hommage à ses membres britanniques: «Ceci n’est qu’un au revoir, mes amis»

Le 22 janvier 2020, le CESE a rendu hommage à ses membres britanniques à l’occasion de leur dernière participation à une session plénière du Comité, avant que le Royaume-Uni ne quitte l’Union européenne le 31 janvier. Les 24 membres représentant le Royaume-Uni ont reçu une médaille commémorative lors d’une cérémonie qui a permis d’illustrer la volonté du CESE de maintenir des liens étroits avec la société civile britannique après le Brexit.

Luca Jahier, président du CESE, a évoqué la contribution déterminante apportée par les membres britanniques aux travaux du Comité et a affiché clairement la détermination de ce dernier à rester proche de la société civile britannique après le Brexit. «Il n’y a pas d’alternative à une relation solide entre l’UE et le Royaume-Uni, et le CESE fera tout ce qui est en son pouvoir pour qu’elle perdure. Ceci n’est qu’un au revoir, mes amis», a-t-il déclaré.

Invité à la cérémonie, Tom Jenkins, président du CESE de 1996 à 1998, a fait part de sa tristesse de perdre très bientôt sa citoyenneté européenne. Madeleina Kay, militante pro-européenne également connue sous le nom de «EU Supergirl», a annoncé qu’elle continuerait de se battre pour l’Europe au Royaume-Uni, déclarant en conclusion: «Nous devons croire que l’avenir, c’est l’Europe, pour que tous les citoyens britanniques sachent qu’ils seront toujours des Européens.»

Trois membres britanniques représentant chacun des trois groupes du CESE – David Sears pour le groupe I, Judy McKnight pour le groupe II et Jane Morrice pour le groupe III – ont pris la parole pour exposer leurs sentiments et points de vue personnels au sujet du Brexit, suivis en cela par Rose D’Sa, la plus ancienne des membres britanniques du CESE. Les présidents des trois groupes ont également participé au débat et rendu hommage au travail accompli par les membres britanniques. Stefano Mallia, président du groupe de suivi du Brexit au sein du CESE, a quant à lui insisté sur la nécessité de créer, sous une forme ou une autre, un forum pour maintenir le dialogue avec la société civile britannique: «Nous devons nous battre pour préserver notre amitié et je ferai tout mon possible pour mettre en place une structure qui le permette.» (dgf)