Le CESE soutient la création d’un centre européen pour la cybersécurité

Le CESE appuie l’initiative de la Commission visant à créer un centre européen de compétences industrielles, technologiques et de recherche en matière de cybersécurité ainsi qu’un réseau de centres nationaux de coordination. L’objectif est d’aider l’Union à renforcer les capacités technologiques et industrielles dans le domaine de la cybersécurité ainsi que d’accroître la compétitivité du secteur européen de la cybersécurité.

Dans un avis adopté lors de la session plénière de janvier et élaboré par Antonio Longo et Alberto Mazzola, le CESE souligne que la proposition de la Commission constitue une étape importante vers le développement d’une stratégie industrielle en matière de cybersécurité et représente une démarche stratégique en vue d’atteindre une autonomie numérique solide et totale. Ces éléments sont indispensables au renforcement des mécanismes de défense européenne face à la cyberguerre en cours, qui risque de mettre à mal les systèmes politiques, économiques et sociaux.

«Notre société toute entière est touchée. En dix ans seulement, nous avons constaté à travers le monde une augmentation exponentielle du nombre de cyberattaques, qui est passé de 800 000 à 8 millions», a souligné M. Longo. «Nous appuyons l’initiative de la Commission visant à créer un centre de compétences destiné à coordonner les centres nationaux et à servir de point de référence pour la communauté de la cybersécurité», a-t-il déclaré.

Un partenariat public-privé sur la cybersécurité constitue l’une des pierres angulaires de la stratégie. «Nous sommes favorables à l’extension de cette coopération au secteur de l’industrie, sur la base d’engagements fermes sur le plan scientifique et des investissements. Nous préconisons une approche tripartite associant la Commission européenne, les États membres et les entreprises», a ajouté M. Mazzola. «Nous devons également laisser la porte ouverte aux entreprises des pays tiers qui sont prêtes à respecter les conditions fixées par l’Union», a-t-il conclu. (mp)