Dans la révolution numérique, nul ne doit être laissé pour compte

Tel est le message principal qui ressort de la conférence sur le passage au numérique organisée par le Comité économique et social européen en Autriche, le 19 juin dernier. mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-fareast-font-family:"Times New Roman";
mso-hansi-theme-font:minor-latin;mso-bidi-font-family:"Times New Roman";
mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:EN-US;mso-bidi-language:AR-SA">

Parmi les participants à la conférence figuraient des représentants du ministère autrichien des affaires économiques et numériques, la ville de Vienne et de nombreuses organisations de la société civile de l’Autriche. Un groupe de jeunes autrichiens experts en numérisation issus d’organisations de la société civile qui sont aussi représentées au sein des trois groupes du CESE (les travailleurs, les employeurs et le groupe «Diversité Europe») était également présent.

«Il n’est pas simple de faire en sorte que toutes les couches de la société bénéficient de manière égale du passage au numérique», a souligné Luca Jahier, président du CESE, dans son allocution d’ouverture. «C’est précisément pour cette raison que nous défendons, au sein du Comité économique et social européen, l’idée d’une «justice numérique», nous voulons que, dans la révolution numérique, nul ne soit laissé pour compte .» 

La conférence sur le passage au numérique s’est tenue après la réunion extraordinaire du Bureau du CESE qui a eu lieu à Vienne. Le thème de cette conférence se situe dans la perspective des priorités de la présidence autrichienne du Conseil de l’Union européenne qui prendra effet le 1er juillet 2018. (sg)