La libre circulation et Schengen: défendre les droits des travailleurs

Réunion extraordinaire du groupe des travailleurs, salle JDE 62

This page is also available in

Le groupe des travailleurs a organisé une réunion extraordinaire pour discuter de ses priorités politiques et faire état des travaux législatifs et politiques en cours dans les institutions européennes.

La séance du matin a été consacrée aux priorités politiques mondiales et européennes. Un débat a eu lieu sur les actions de suivi qui pourraient être envisagées dans le cadre du récent accord COP 21 sur le climat, avec la participation d' Isabel Caño, vice-présidente de l'Observatoire du développement durable et Caroline Petit, directrice adjointe du Centre régional d’information des Nations unies pour l’Europe occidentale. Plus précisement, Mme Petit a présenté les nouveaux objectifs de développement durable (ODD) contenus dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l'ONU, qui a été adopté en septembre 2015. Ces objectifs définissent des priorités clés pour les syndicats, notamment l'objectif 8 («Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous»). L'objectif 1 prévoit notamment la mise en place de «systèmes et mesures de protection sociale pour tous, adaptés au contexte national» d’ici à 2030, en rapport avec l'élimination de la pauvreté et la réduction des inégalités au sein des pays et entre eux……

Par la suite, le groupe a discuté des crises actuelles qui mettent en danger les fondements mêmes de la construction européenne et, en particulier, des réponses à donner aux menaces contre les droits acquis des citoyens et des travailleurs, notamment à la crise qui se profile au sein de l'espace Schengen et ses conséquences sur la libre circulation et les droits sociaux. Un échange de vues politique a eu lieu avec Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES), qui a présenté les priorités de la CES pour faire face à ces défis.

L’après-midi a été consacré à une séance d'information sur les travaux en cours dans les différentes sections et autres organes du CESE. Les participants se sont penchés en particulier sur l’impact du programme «REFIT» de la Commission européenne dont l'objectif est la réduction des charges administratives, mais qui risque de remettre en question des droits acquis et/ou des normes de protection; un autre sujet à l'ordre du jour a été le paquet énergétique, un des grands projets législatifs de cette législature.

Gabriele Bischoff, présidente du groupe des travailleurs, a dressé le bilan des débats dans ses conclusions.