Atelier 3: L’éducation et la culture pour un avenir durable pour tous

This page is also available in

Organisé par

Lifelong Learning Platform (LLP), l’Association européenne des instituts de formation professionnelle (EVBB), Culture Action Europe (CAE) et la section spécialisée «Emploi, affaires sociales et citoyenneté» (SOC) du CESE

Concept

L’éducation et la culture sont au cœur des 17 objectifs de développement durable et jouent un rôle crucial dans la réalisation de l’ensemble de ceux-ci en assurant un développement inclusif, équitable et centré sur l’humain. Il est essentiel d’intégrer les aspects culturels et éducatifs dans les politiques et stratégies de développement durable afin de promouvoir la justice sociale et la solidarité, de favoriser la cohésion et de lutter contre l’exclusion sociale, la pauvreté ainsi que les disparités générationnelles et démographiques.

Objectifs et questions principales

Cet atelier devrait nous permettre de répondre à quelques-unes des questions qui sont omniprésentes dans le débat actuel:

  • Q1: Comment les politiques d’apprentissage tout au long de la vie et l’apprentissage intergénérationnel peuvent-ils favoriser l’émergence de sociétés durables?
  • Q2: Quelles sont les interactions entre la culture d’une part et l’enseignement et la formation professionnels (EFP) d’autre part? Les différences culturelles ont-elles une incidence sur la capacité des systèmes d’enseignement et de formation professionnels actuels à répondre aux besoins des potentiels travailleurs migrants? Quels sont les obstacles que la culture crée et/ou élimine sur le marché du travail?
  • Q3: Pourquoi est-il essentiel d’intégrer la culture et les pratiques culturelles dans les approches visant à bâtir un avenir durable, équitable et complet pour tous?

Q1: Les politiques d’éducation et de formation tout au long de la vie et l’apprentissage intergénérationnel favorisent-ils l’émergence de sociétés durables?

Le programme de développement durable à l’horizon 2030, qui a été adopté par tous les États membres des Nations unies en 2015, promeut 17 objectifs de développement durable (ODD) visant à réduire la pauvreté tout en améliorant l’économie globale dans le cadre d’un partenariat mondial. L’un de ces ODD concerne l’éducation, dans le cadre de laquelle les politiques d’apprentissage tout au long de la vie et l’apprentissage intergénérationnel jouent un rôle important.

Cet atelier étudiera les besoins des populations et citoyens sous-représentés en examinant le potentiel que recèle l’apprentissage intergénérationnel. Les dialogues intergénérationnels en cours sont essentiels pour l’inclusion et le développement de toutes les générations, lesquelles promeuvent, à leur tour, l’équité sociale et la justice. Dans un monde en mutation rapide, où les valeurs, la participation et la démocratie évoluent et où d’autres aspects tels que la technologie, la mondialisation et la démographie ont une incidence sur notre quotidien, l’éducation et la culture devraient permettre de créer un terrain d’entente capable d’assurer le dialogue entre les générations et l’apprentissage mutuel. Les jeunes d’aujourd’hui partagent des valeurs et des compétences différentes, auxquelles les générations précédentes peinent à faire face, de sorte que la promotion de l’apprentissage mutuel devient plus importante que jamais. Il s’agit d’un atout essentiel pour bâtir des communautés inclusives et une «culture de la bienveillance».

Eu égard à la nécessité de répondre à ces besoins, l’atelier devrait aborder la manière dont l’apprentissage intergénérationnel peut contribuer à la définition d’un avenir durable pour les Européens.

Q2: Quelles sont les interactions entre la culture d’une part et l’enseignement et la formation professionnels (EFP) d’autre part? Les différences culturelles ont-elles une incidence sur la capacité des systèmes d’enseignement et de formation professionnels actuels à répondre aux besoins des potentiels travailleurs migrants? Quels sont les obstacles que la culture crée et/ou élimine sur le marché du travail?

Contexte: le vieillissement croissant de la population entraîne une grave pénurie de main-d’œuvre, qui peut être partiellement compensée par l’arrivée de jeunes travailleurs issus de pays tiers; cela nécessite toutefois que les compétences et aptitudes soient transmises d’une génération à une autre; cette transmission peut être favorisée et améliorée par un contexte culturel commun. Il est plus facile de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée lorsque l’offre correspond à la demande grâce à la diffusion la plus large possible des informations. Il est de notre devoir de faciliter cette diffusion au moyen de la culture et de l’éducation.

Q3: Pourquoi est-il essentiel d’intégrer la culture et les pratiques culturelles dans les approches visant à bâtir un avenir durable, équitable et complet pour tous?

Les objectifs de développement durable (ODD) adoptés en 2015 fournissent des perspectives et un cadre communs pour réaliser un développement mondial et durable, qui tienne compte des dimensions sociale, économique et gouvernementale. La culture est indispensable pour réaliser l’ensemble des ODD, et cette contribution essentielle doit être reconnue.

Le réseau Culture Action Europe est convaincu que, si elles disposent d’une vision et se montrent ambitieuses, les institutions de l’Union européenne peuvent jouer un rôle de pionnier concernant l’intégration de la culture dans les ODD. L’utilité d’intégrer la culture dans divers domaines d’action ressort de la dernière étude d’impact réalisée par Culture Action Europe et intitulée «The Value and Values of Culture» («La valeur et les valeurs de la culture»); en outre le récent document de position du réseau, qui expose sont point de vue sur les ODD et la culture, souligne qu’il convient d’intégrer celle-ci dans toute action actuelle et future de l’UE en faveur du développement durable, et réclame la création d’un quatrième pilier de développement pour la culture en tant que facteur de développement durable.

Le format

L’atelier prendra la forme d’un «café inversé». Cette configuration particulière requiert que le public et les orateurs se répartissent en trois groupes, chacun participant à des séances de travail tenues dans des espaces séparés; pour chaque séance, un expert accompagnera le public dans la recherche d’une réponse à chacune des questions initiales, en apportant une perspective globale et en recourant à une gamme d’outils différents pour recueillir les contributions des participants.

Dans une deuxième phase, les experts porteront le débat devant un groupe de discussion en séance plénière, dans le cadre duquel les contributions seront compilées pour arriver au résultat final. Les trois séances de travail produiront chacune une série de trois recommandations à l’intention des décideurs politiques.

Orateurs

  • Discours d’orientation: M. Eli Eisenberg, ORT Israël
  • Exposé n° 1: Agir ensemble: un partenariat multiple pour l’apprentissage intergénérationnel (Mme Shanti George, Fondation L4WB, Pays-Bas) et l’importance de l’apprentissage tout au long de la vie pour les ingénieurs (M. Paul Coughan, FEANI–ARUP, Royaume-Uni)
  • Exposé n° 2: Les migrants et l’approche globale en matière d’éducation (M. Eli Eisenberg, ORT Israël)
  • Exposé n° 3: L’avenir que nous voulons englobe la culture: mettre en œuvre la culture dans le cadre des ODD (Jordi Pascual, Cités et gouvernements locaux unis, Culture Action Europe, Espagne)

Projet d’ordre du jour

  • Introduction des représentants d’EVBB, de LLLP et de CAE
  • Orateur principal
  • Séances de travail: 3 groupes
  • Session plénière → compte rendu des trois orateurs
  • Représentant(e) du CESE: Structures, mécanismes et fonds disponibles
  • Débat ouvert sur les principales recommandations

L’éducation et la culture pour un avenir durable pour tous