Site web du CESE

Site web du CESE

Qu'est-ce que c'est?

Suivez-moi

 

Interactive

Staffan Nilsson at a press conference at the European Parliament on the citizen's agora eventEESC President about the cooperation with the European Parliament at the "Citizen's Agora" event

Staffan Nilsson at the European Parliament

 

 

EESC: a bridge between Europe and organised civil society

Portait of Staffan Nilsson

Staffan Nilsson's Portrait

Bandeaux de page d'accueil

Staffan Nilsson's Comment (former EESC President 2010-2013)

Available in English

Svensk version tillgänglig

Tous gagnants ! L’Europe au travail

24 Jan 2012 Par: Staffan Nilsson 0 Posts

Nous avons accueilli la semaine dernière, à l’occasion de notre session plénière, Nicolas Wammen, représentant la nouvelle présidence danoise, juste après l’élection de Martin Schulz au poste de Président du Parlement européen. A eux deux, ils présentent une image relativement complémentaire et un programme pour l’UE : nous devons maintenir la vision politique dynamique d’une Union européenne démocratique, moderne et source de progrès pour les êtres humains ; et nous avons besoin d’alimenter celle-ci à court terme au moyen d’un programme audacieux, responsable et pragmatique. Nous ne pouvons laisser la crise ôter aux citoyens leurs rêves et leurs aspirations. Nous essayons d'imaginer l'avenir, dans le but d'offrir à nos enfants une vie meilleure que la nôtre dans une Europe future, à l’instar de ce que nos parents ont souhaité et réussi pour nous.

Premièrement, nous avons besoin d’une vision. Martin Schulz la possède, et il  apporte un peu d’air politique frais au Parlement européen. La vision et les valeurs dont il se réclame sont aussi les piliers de mon programme de travail : démocratie, solidarité, dialogue, et consensus. Je soutiens entièrement l’idée que nous devons permettre aux européens de rêver, et j’ai la conviction que l’UE de demain sera meilleure et plus riche que celle d’aujourd’hui. Notre responsabilité est d’expliquer aux citoyens que nous surmonterons la crise avec l’UE comme solution, et de les en convaincre.

Pour y parvenir, nous devons agir, ce que nous faisons déjà. Comment ? Tout d’abord, en utilisant la méthode communautaire. Il semble que cela soit la priorité du nouveau Président Schulz. Cela fait des années que le CESE le demande. Toutefois, j’ai demandé à l’UE d’assurer la direction des opérations lorsque le traitement des questions de crise les plus urgentes nécessitait le processus de décision le plus rapide.

Deuxièmement, nous devons absolument mettre l'accent sur la création d’emplois et sur la croissance. Le programme de la présidence danoise est très pragmatique : nous avons besoin d’une économie responsable, mise en œuvre par des États membres qui assument leur responsabilité, et de mesures immédiates visant à renforcer les réglementations financières. La présidence danoise et le Comité se trouvent sur la même longueur d’ondes. Pour surmonter la crise, nous devons parvenir à un double objectif : davantage de responsabilité et de discipline budgétaires de la part des États membres, et dans le même temps, des politiques intelligentes en faveur de la croissance et de la création d’emplois. Ces deux objectifs doivent aller de pair. Nous disposons de deux instruments pour y parvenir : (1) des mesures immédiates prises par le Conseil, et (2) la mise en œuvre de la Stratégie Europe 2020 en faveur d’une croissance intelligente, durable et facteur d’intégration. Ce qui comprend notamment la croissance verte, qui est essentielle à la création d’emplois et donne la priorité au marché unique.

Dans cet environnement de nécessité et d’impératifs en matière d’action, le CESE est le porte-parole de la société civile au sein du débat et du processus politique de l’UE. En notre qualité de membres du CESE, nous représentons une vision différente des choses. Nous sommes "votre employeur", "votre syndicat", "l’agriculteur à votre service, qui produit le lait que vous buvez et la nourriture que vous mangez", "l’association qui protège vos droits de consommateur", ou "qui vous apporte le service social dont vous avez besoin". Nous AGISSONS DEJA sur les mesures qui sont prises sur le plan politique, avec ou sans notre participation. Les entreprises n’ont pas attendu le long processus décisionnel de l’UE pour être créatives et pour trouver des solutions qui leur permettent de conserver leur production et leurs salariés, en collaboration avec les organisations syndicales. Elles ont besoin de l’aide de l’UE, et c’est maintenant qu’elles en ont besoin.

Nous soutenons les deux nouveaux programmes présentés par le Parlement européen et la présidence danoise. Il est plus que jamais indispensable, si l’on veut être certain que les décisions politiques auront les effets de levier nécessaires sur la vie quotidienne des citoyens européens, de poursuivre le dialogue avec les organisations de la société civile associées à la vie économique, sociale, civique et culturelle.

 

0 Posts

RSS

Commenter s'il vous plaît

Post Details

up to 2000 characters

Validation
Code

Si vous ne voyez pas les caractères, essayez de rafraîchir la page (au moyen de la touche F5).