Erasmus pour tous

29 Mar 2012
Adopté Références: SOC/438 EESC-2012-825 Referral - Rapporteur: Vareikytė (Activités diverses - GR III / Lituanie) Session plénière: 479 - 28 Mar 2012 - 29 Mar 2012 (Synthèse session plénière) C 181/154, 21.06.2012
Proposition de Reglement du Parlement européen et du Conseil établissant «Erasmus pour tous» le programme de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport

Avis du CESE: Erasmus pour tous

Points clés

  • Le CESE souligne qu'il importe de maintenir, voire de renforcer quand cela est possible, l'utilisation efficace des ressources affectées, au niveau national ou européen, à l'enseignement et à la formation en vue d'améliorer la situation de l'emploi.
  • Le programme "Erasmus pour tous" doit être un instrument clé pour augmenter le soutien apporté à l’éducation et à la formation afin de renforcer les compétences des citoyens, de contribuer à lutter contre les taux élevés de chômage des jeunes dans de nombreux États membres, de répondre aux besoins en main-d'œuvre qualifiée et de résoudre le problème de l'inadéquation des compétences sur le marché du travail. Toute inadéquation des compétences devrait être réduite afin de faire diminuer le chômage, en particulier chez les jeunes.
  • Le CESE est favorable à la proposition d'augmenter significativement le budget du futur programme et de le porter à 19 milliards d'euros. Il marque donc son accord avec la proposition de budget global présentée par la Commission, et invite le Parlement européen et le Conseil à approuver cette augmentation.
  • Eu égard à la situation économique actuelle, le CESE soutient fortement les mesures proposées dans le programme.
  • Le Comité fait remarquer qu'il est nécessaire, dans la mise en œuvre des mesures d'austérité, de prendre en compte les perspectives à long terme de chaque secteur et d'appliquer les principes d'une austérité raisonnable et d'une programmation budgétaire "intelligente".
  • Le CESE recommande de maintenir la répartition en sous-programmes séparés et indépendants et d'allouer un budget minimal aux principaux secteurs couverts par le programme.
  • Pour réaliser les principaux objectifs stratégiques de l'UE, il est nécessaire d'assurer une cohérence entre l'éducation formelle et l'apprentissage non formel et informel. Cela signifie que la proposition de programme doit accorder autant d'importance à l'éducation non formelle et informelle qu'à l'éducation formelle.
  • Le CESE se dit préoccupé de voir que certaines actions du programme "Jeunesse en action" qui à l'heure actuelle fonctionnent bien et sont appréciées ne figurent pas dans la proposition. Il craint que leur absence n'affaiblisse sensiblement la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse.
  • Le CESE estime que l'acquisition et l'amélioration des aptitudes et connaissances va au-delà de l'objectif clé actuel d'éliminer les obstacles à l'employabilité, car elle englobe le développement de la citoyenneté active et de la cohésion sociale. Or, la proposition ne prête aucune attention à ces objectifs. En outre, le nouveau programme Erasmus devrait prévoir le renforcement du rôle des partenaires sociaux ainsi que des autres organisations de la société civile.