Le CESE s'oppose à toute répression du mouvement de protestation EuroMaidan à Kiev

21 Jan 2014
Réf.: 02/2014

En invitant deux opposants issus du mouvement EuroMaidan à s'exprimer lors de la session plénière du CESE, Henri Malosse, président du CESE, a confirmé que la société civile européenne soutient fermement les opposants alors que le parlement ukrainien restreint le droit à manifester. Le 21 janvier 2014, au siège du Comité économique et social européen (CESE), Rouslana Lijitchko, personnalité de premier plan du mouvement EuroMaidan, et Oleksiy Honcharuk, un des porte-parole de celui-ci, ont discuté avec les représentants de la société civile européenne de ce que les manifestants attendent de l'Europe.

En décembre, une délégation du CESE menée par son président, Henri Malosse, s'est rendue à Kiev afin de rencontrer les Ukrainiens qui protestent contre l'ajournement de la signature de l'accord d'association avec l'Union européenne et d'écouter leurs attentes.  La session plénière du CESE a permis aux Ukrainiens de faire entendre leur voix à Bruxelles. "Aujourd'hui, c'est la société civile qui est dans la rue", a déclaré Henri Malosse. "Cette mobilisation du peuple ukrainien est cruciale et historique.  L'Europe ne doit pas manquer cette chance."

Le mouvement de contestation durant depuis plusieurs mois, le CESE, qui a adopté une résolution sur ce thème, s'inquiète de la restriction par le parlement ukrainien du droit à manifester Il est primordial que l'UE s'engage dès maintenant à s'opposer formellement à toute forme de répression à l'égard de ce mouvement.

Rouslana Lijitchko estime que l'intégration européenne et euro-atlantique représente une étape positive car elle impliquerait le respect des principes démocratiques et une véritable participation de la société civile. "L'Europe peut et doit faire plus", a-t-elle déclaré. "Nous n'attendons  pas de l'Europe un simple soutien diplomatique, mais de véritables mesures concrètes afin d'aider le peuple ukrainien. "Au titre de ces initiatives on a notamment évoqué l'instauration d'un régime d'exemption de visa entre l'UE et l'Ukraine et la perspective d'une adhésion à l'UE.

En décembre 2013, le président du CESE avait affirmé espérer que la perspective européenne permettrait de renforcer les liens entre l'Ukraine et ses voisins: "Opter pour l'Europe ne signifie pas choisir entre Bruxelles et Moscou. Il s'agit d'un processus impliquant l'adhésion à des valeurs telles que la démocratie, la tolérance et le respect d'autrui".

Multimédia

EU Feeds

Dernières nouvelles des autres Institutions Européennes

 

Plus d'info sur le site Europa.