Bandeaux de page d'accueil

Henri Malosse, Président du CESEBlog du Président Tweets du Président

Accéder aux vidéos des citoyens à propos des élections 2014Page du Prix CESE de la Société CivilePage Your Europe Your Say 2014 Jeux R EU ready   Accès à la page CESLINK Accès au site de la Présidence italienne du Conseil de l'Union européenne 2014Accès EMAS Registre des documents
Certification ISO 14001 Logo W3C

L'Europe sur la voie de la reprise?

15 Feb 2013
Réf.: 14/2013

Lors de la session plénière de février du Comité économique et social européen, les membres du CESE ont pu mener avec le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, un débat sur la croissance durable, la voie vers la reprise économique et le rôle de la société civile. Le Comité a adopté trois avis sur les politiques économiques spécifiques des États membres

La Commission européenne (CE) et le Comité économique et social européen (CESE) estiment tous deux qu'une croissance durable est capitale pour préserver le modèle social européen. Le président de la Commission, M. Barroso, a insisté sur l'importance que revêtent la discipline, la convergence et la solidarité pour créer de l'emploi et susciter de la croissance, tandis que le président du CESE, M. Staffan Nilsson, a exhorté les États membres et les institutions à approfondir le processus d'intégration et à garder à l'esprit le coût de la non-Europe. La Commission a estimé que les décisions qui viennent d'être prises concernant l'union bancaire et les réformes budgétaires devraient placer l'UE sur la voie de la reprise, même si l'on ne peut, au vu des réalités du terrain, verser dans l'autosatisfaction. M. Barroso a fait l'éloge de la contribution du Comité à l'UE, ainsi que de son rôle consultatif et du soutien qu'il apporte dans toute une série de politiques sectorielles, par exemple pour œuvrer en faveur d'une Europe durable ou défendre la proposition avancée par la Commission pour le budget européen. Membre du CESE, Jane Morrice a remercié le président de la Commission de s'être engagé à travailler en coopération plus étroite avec son institution mais l'a exhorté à agir davantage encore en ce sens: "Je pense, a-t-elle affirmé, que vous pouvez tirer un meilleur parti encore de l'expertise du Comité: s'il vous plaît, utilisez-nous mieux!"

Le Comité a adopté trois avis portant sur des domaines d'intervention nationaux. Le premier, consacré à l'examen annuel de la croissance 2013 (rapporteur: Xavier Verboven, groupe des travailleurs, Belgique), lance une mise en garde contre la poursuite des politiques d'austérité et les graves conséquences de la récession, qui pourraient aboutir à un affaiblissement structurel des économies. Dans le deuxième, qui traite des lignes directrices pour les politiques de l'emploi des États membres (rapporteur: Wolfgang Greif, groupe des travailleurs, Belgique), le CESE se dit à nouveau vivement préoccupé de constater que les objectifs en matière d'emploi et de lutte contre la pauvreté de la stratégie Europe 2020 ne pourront être atteints et il appelle par ailleurs de ses vœux un plan européen de relance qui produise des effets étendus sur la politique du marché du travail.

Stimuler la demande et assurer une juste répartition

Le troisième avis, dont le rapporteur est Thomas Delapina (groupe des travailleurs, Autriche), se rapporte aux "politiques économiques (...) des États membres de la zone euro" et a été élaboré pour répondre à une demande de consultation de la Commission européenne qui avait pour objet une recommandation du Conseil concernant les grandes orientations des politiques économiques des États qui font partie de la zone euro. Le CESE accueille favorablement cette recommandation émanant de la Commission européenne qui, en plus de fournir des lignes directrices générales pour ces pays, formule également des recommandations adaptées au contexte économique national de chacun d'entre eux. Il estime cependant que le dosage des politiques macroéconomiques qui prévaut actuellement est déséquilibré et préconise un nouveau modèle de croissance, qui tiendrait compte des besoins de la demande et d'une redistribution équitable. Il formule dès lors un certain nombre de recommandations spécifiques, dont celle de réglementer plus strictement les marchés financiers, afin qu'ils soient en adéquation avec les besoins de l'économie réelle, ou encore d'instaurer un filet de sécurité solidaire, pour éviter que la spéculation ne se déchaîne contre certains pays et sur le front des coûts de financement.

S'appuyant sur les recherches internationales qui donnent à penser qu'en phase de récession, la fiscalité produit des effets multiplicateurs nettement plus néfastes sur la croissance économique et l'emploi qu'on ne l'avait relevé jusqu'à présent, le Comité prône instamment de les réévaluer au moment d'élaborer les politiques économiques. Ces dernières pourraient ainsi tenir compte de ce qu'en règle générale, les effets multiplicateurs négatifs sur les revenus et l'emploi qui résultent de mesures touchant aux recettes sont inférieurs à ceux des réductions des dépenses. Pour corriger les déséquilibres économiques extérieurs, il convient, avertit le CESE, de ne pas opter pour une démarche de compétitivité par les prix et, en particulier, de modération salariale, car pareille approche réduit également la demande globale et enclenche une spirale infernale, où tous les pays se retrouvent perdants. Dans la concurrence mondiale, l'Europe ne peut réussir qu'en menant une stratégie "par le haut", à forte valeur ajoutée sur le plan qualitatif. Le Comité s'oppose à tout affaiblissement des dispositifs de sécurité sociale et demande que l'on repense totalement les systèmes fiscaux, en veillant dûment à assurer une répartition équitable et à donner aux partenaires sociaux, au niveau national et européen, un rôle accru, qui renforce la valeur donnée au dialogue macroéconomique. Dans la reformulation des lignes directrices, il conviendrait de tenir compte de ce que les États où le partenariat social fonctionne ont su, mieux que d'autres, amortir les effets de la crise.

 

Pour de plus amples informations, contacter:
Karin Füssl, chef de l'unité Presse
Courriel: karin.fussl@eesc.europa.eu
Téléphone.: +32 2 546 8722

Multimédia

EU Feeds

Dernières nouvelles des autres Institutions Européennes

 

Read more on the Europa website.