Le Groupe des travailleurs du Comité économique et social européen souhaite contribuer à faire connaître la réalité dans les pays en difficulté (Irlande, Grèce, Espagne, Italie et Portugal) après l'adoption de mesures dites «anticrise» par les gouvernements respectifs. Dans le cas présent, l'Espagne.